Sortir les poubelles

La marche 100% possible à Ottawa le 29 novembre!

paris1

Le 30 novembre prochain, la Conférence sur le climat des Nations Unies (aussi appelée la COP21) débutera à Paris. Le but de cette conférence est d’obtenir un accord universel juridiquement contraignant sur le climat. Contraignant, ça veut dire que si les pays ne rencontrent pas les cibles prévues, il y aura des conséquences. Des vraies.

Pourquoi je vous parle de ça aujourd’hui? Parce que dimanche prochain, je m’en vais à la marche 100% possible pour le climat à Ottawa! Cette marche est organisée de concert avec une multitude d’organismes et de regroupements citoyens, dont certains que vous connaissez bien comme Équiterre et la Fondation David Suzuki. Le but de cette marche est de dire à nos élus que les changements climatiques nous préoccupent, que nous voulons des accords contraignants et qu’on veut qu’ils nous fassent honneur à Paris! À date, c’est prometteur. Nos nouveaux élus se sont exprimés pour des accords contraignants et des cibles réelles. C’est bien, mais nous voulons être certains que « les bottines suivent les babines », et c’est pour ça que nous serons à Ottawa le 29.

Cette marche sera un événement familial et coloré. Les participants sont invités à se costumer, à porter du vert et à faire des pancartes! J’ai déjà les miennes! La marche débutera à 13h devant l’Hôtel de Ville d’Ottawa (Marion Dewar Plaza, 110 avenue Laurier Ouest) et se terminera à 16h devant le parlement.

J’avais envie de vous parler de ce rassemblement non seulement parce que l’enjeu me préoccupe, mais également parce que je pense qu’il faut se rassembler. Je pense que tout changement commence par des prises de conscience au niveau de l’individu. Ensuite, je pense que ces mêmes individus engagés peuvent se rencontrer sur Internet, lors d’activités ou dans des rassemblements citoyens pour s’exprimer ensemble pour ou contre certaines choses. Il n’y a pas de changement sans changement au niveau de l’individu, mais il n’y aura pas de changement réel si ces individus ne s’expriment pas ensemble. Et le 29 novembre prochain, tout plein d’organismes que j’aime m’ont invitée à m’exprimer pour une transition vers des sources d’énergie vertes, contre l’expansion des sables bitumineux et contre Énergie Est.

Pour plus d’information, je vous invite à lire ce communiqué d’Équiterre sur la marche ainsi que le site de la marche 100% possible.

On se voit bientôt alors? Bonne journée xxxx


Les 6 gestes zéro déchet à adopter au quotidien

Mon dieu que le temps passe vite en ce moment! Avez-vous l’impression comme moi que novembre vous file entre les doigts et que les journées s’enchaînent à un rythme effréné? Malgré cela, ne vous inquiétez pas je garde le cap sur mon défi zéro déchet! Une chance vraiment que j’ai déjà 10 mois de défi derrière la cravate et que j’ai réussi à intégrer des habitudes zéro déchet dans mon quotidien. Je me suis passé la réflexion que je ne pouvais pas choisir un meilleur moment de l’année que ce mois de novembre froid (et noir) et occupé-occupé pour vous parler de six habitudes zéro déchet faciles à adopter pour les personnes écolos et occupées-occupées que vous êtes. Et les voici. Bravo si elles font déjà parties de vos quotidiens, sinon c’est bien de se rafraîchir la mémoire!

1. Le thermos à café: Un MUST pour les buveurs de café. Si chaque jour vous allez à la même place vers la même heure chercher toujours le même café, il n’y a pas de raison pour ne pas rajouter à ça l’habitude de trainer son thermos avec soi. Il suffit d’y penser, de le trainer et de le rincer après l’avoir utilisé. Les plus? Souvent ils sont beaux et certains endroits offrent même un rabais si on utilise notre tasse! Et puisque Noël s’en vient, pourquoi ne pas proposer cette idée à quelqu’un qui veut vous faire plaisir? Cela fera changement de votre classique : « Oufff je ne sais pas me semble que j’ai tout ce qu’il me faut et que Noël est encore revenu vite cette année… »? De rien pour l’idée.

2. La bouteille d’eau réutilisable : J’ai parlé de la problématique du plastique et des bouteilles d’eau dans l’océan en juillet dernier, et je vous conseille d’aller me lire si ça vous intéresse (ici et ici)! On peut traîner avec soi une gourde en acier inoxydable, en verre ou en plastique sans BPA. Personnellement, je traine un pot Masson parce que c’est petit et que je peux aussi y mettre des boissons chaudes. Pratique!

3. Les sacs à l’épicerie : On les traine et on ne les oublie pas! Et si on les oublie, on fait tout pour éviter les sacs de plastique, quitte à mettre la pinte de lait dans la sacoche et les oranges dans les poches.

bags predator

http://kate-book.com/adventures-in-greening-pondering-plastic-bags-with-music/

4. Connaître les numéros des plastiques : Les objets et emballages de plastique sont identifiés à l’aide d’un numéro, allant de 1 à 5. Les numéros 1 à 5 sont recyclables, mais pas le numéro 6! À moins que vous pensiez le ramener à un endroit spécialisé qui en fait la cueillette (plusieurs écocentres le font), il va à la poubelle et non au recyclage. Pour me faciliter la vie, dès que je vois le chiffre 6 sur un emballage, j’évite de l’acheter. Comment se souvenir que c’est le numéro 6? Vous pourriez vous dire que 666 est le numéro du diable, et donc que c’est méchant, et donc qu’on l’évite à tout prix!

Sortir les poubelles

5. Éviter le suremballage à l’épicerie : Le suremballage à l’épicerie est hal-lu-ci-nant. Des poivrons emballés individuellement aux pièces de viandes sur du styrofoam suffoquées par des pellicules de plastique, c’est partout! À l’épicerie, je n’achète rien qui est emballé dans des pellicules de plastique, quitte à me passer de certaines choses. Je choisis toujours l’option la moins emballée et j’évite le styrofoam. Si j’achète des choses emballées, je m’assure que l’emballage soit recyclable (donc pas de plastique numéro 6 ou d’emballages de plastique mince). Si cela vous semble impossible, peut-être que votre épicerie est particulièrement portée sur le suremballage. Toutes les épiceries ne sont pas pareilles. Je sais par exemple que très peu de produits frais sont emballés au Adonis. Avez-vous d’autres options de magasinage? Sinon, pourquoi ne pas en glisser un mot au gérant? C’est vous le client après tout! Avec le temps, on apprend à connaître les produits (et leurs emballages) et faire l’épicerie en faisant beaucoup moins de déchets est vraiment facile!

Sortir les poubelles

6. Avoir son lunch et ses collations : Personnellement, j’ai souvent une fringale au milieu de l’après-midi, et c’est pour cette raison que je traine toujours avec moi des fruits ou des noix que j’emballe moi-même. Ce petit réflexe m’évite de me tourner vers les options moins santé et emballées des cafés et dépanneurs comme les chips, les muffins, les biscuits ou les barres tendres. Également, faire son lunch est vraiment l’habitude zéro déchet qui change la vie. Combien de repas de cafétérias et de « food courts » ai-je évités? Longue vie aux lunchs! J’ai déjà écrit sur l’art de se faire des beaux lunchs zéro déchet si cela vous intéresse.

Voilà! Bien sûr il y a tellement plus à dire sur comment vivre le zéro déchet au quotidien! Seulement, j’ai l’impression qu’entre mon réveil (à la noirceur), mon café du matin, mes appels, mes cours, mes courses et mon retour à la maison (dans la noirceur également), ce sont ces petites habitudes qui me permettent de ne pas faire de déchets. Quels sont vos trucs au quotidien? Je serais ravie de vous lire sur le sujet!

Bon vendredi tout le monde xxxx