Sortir les poubelles

Compost et vermicompostage

Sortir les poubelles

J’ai des vers chez moi. En fait, j’ai probablement des centaines de vers dans mon appartement. Mais rassurez-vous, ils ne grouillent pas sur le sol. Ils sont au contraire tranquilles, confortablement installés dans leur vermicompostière et occupés à transformer mes restes de table en compost.

Bon, je sens que c’est là où je vais peut-être en perdre certains. J’avoue qu’il serait tentant de me catégoriser comme une environnementaliste vraiment trop intense et déconnectée. Mais ne soyez pas trop rapides; je vous assure que je suis complètement normale et que j’ai moi aussi froncé les sourcils la première fois que j’ai entendu parler d’avoir un bac de vers dans sa maison. Laissez-moi la chance de vous montrer que je suis essentiellement une personne qui veut composter, mais qui n’a pas de cour arrière.

Sortir les poubelles

Pour commencer, mes petits vers sont des vers rouges (nom latin Eisenia foetida), aussi appelés vers à fumier. C’est une sorte de vers particulière; pas les vers de terre typiques des jardins ou des trottoirs les jours de pluie. Gardés dans un contenant fermé conçu pour eux, les vers rouges mangent et transforment les restes de table et autres matières compostables en un super compost. Chaque petit ver peut manger l’équivalent de la moitié de son poids par jour de matière! C’est donc dire, par exemple, qu’un kilo de vers peut transformer 500 g de résidus par jour. Ajoutez à cela qu’ils se reproduisent rapidement, vous pouvez vous retrouver très rapidement avec une vraie usine à compost!

Donc par où on commence si on veut vermicomposter? Première étape, on doit se bâtir une vermicompostière. Je sais qu’elles se vendent, mais les modèles que vous pourrez fabriquer vous-mêmes sont tout aussi bons et suffisent pour quelques individus ou une famille. On doit se procurer tout d’abord un gros contenant opaque avec couvercle. Le mien est un « Rubbermaid ». Ensuite, il faut percer des petits trous partout, soit dans le couvercle et les côtés pour l’aération et dans le fond pour le drainage. Un vermicompost peut produire un peu de liquide, d’où l’intérêt des trous de drainage dans le fond et de se procurer également un plateau pour recueillir les liquides sous le bac. Personnellement, j’ai recouvert mes trous du fond de morceaux de moustiquaires collés pour éviter que les vers puissent par mégarde se faufiler à l’extérieur. Une autre alternative qui marche très bien aussi est de faire de tout petits trous avec la perceuse et d’en faire beaucoup, ainsi les liquides peuvent sortir, mais pas les vers. Bon puisqu’on en parle disons le tout de suite : les vers ne sortent pas du bac. S’ils sont bien, ils n’ont aucun intérêt à sortir et ne le font pas. Par contre, s’ils commencent à monter sur les parois ou sur le couvercle, c’est assurément parce qu’il y a un problème dans leur environnement. Il faudra alors investiguer.

Sortir les poubelles

Sortir les poubelles

Pour débuter votre vermicompost, il vous faudra bien sûr des vers. Certains commerces et certains particuliers en vendent sur Internet, sur Kijiji par exemple, et la plupart des écoquartiers en offrent, il suffit d’appeler pour se renseigner.

Ainsi donc, quelques fois par semaine je dépose dans mon bac le même genre de résidus que je pourrais déposer dans un compost conventionnel, au grand plaisir de mes petits colocs. J’évite par contre les agrumes, l’ail et les oignons, qu’ils n’aiment pas. J’évite également la viande, les produits laitiers, les corps gras et tout ce qui est dur ou qui se décompose difficilement comme les noyaux de fruits et les pelures particulièrement épaisses. Je brasse le tout et vérifie qu’il n’y a pas d’accumulation d’eau sur les parois et le couvercle. Entretenir une vermicompostière revient à peu près uniquement à regarder le niveau d’humidité et à regarder de temps en temps pour s’assurer que tout le monde est heureux là-dedans. Il faut faire attention de ne pas suralimenter les vers, sinon les aliments pourriront avant d’être transformés et cela pourrait occasionner des odeurs. On attend donc qu’ils aient presque tout mangé avant de leur redonner de la nourriture. Apparemment, il ne faut pas non plus les déranger trop souvent, parce qu’ils aiment leur intimité et être dérangés les stresse. Mais bon on se comprend; ce sont des vers. Finalement, de temps en temps on peut ajouter un peu de terre pour procurer aux vers un bel environnement de travail et empêcher la prolifération d’insectes indésirables.

Sortir les poubelles

En terminant, voici quelques questions (et leurs réponses) qui reviennent souvent par rapport au vermicompostage.

Pourquoi devrais-je vermicomposter?

Les vers rouges décomposent vite les matières organiques, si bien qu’on se retrouve rapidement avec du compost de très bonne qualité. Vermicomposter est aussi une bonne idée si on manque d’espace pour composter. Finalement, vous devriez vermicomposter parce qu’on se sent comme un dieu qui crée la vie quand on met une pelure de banane une semaine, et que la semaine d’après elle est devenue de la terre.

Où devrais-je mettre ma vermicompostière?

Idéalement dans la cuisine, sous l’évier, dans une armoire ou sous un comptoir.

Est-ce que ça pue?

Non, ça sent la terre. Par contre, si votre vermicompost dégage des odeurs, cela peut indiquer qu’il est trop humide ou encore qu’il y a trop de nourriture non décomposée en train de pourrir à l’intérieur.

Est-ce que les vers peuvent s’enfuir et envahir ma maison?

Comme j’ai mentionné plus haut, s’ils sont bien dans leur bac, ils n’ont aucun intérêt à sortir et ne sortiront pas. D’ailleurs, même si un téméraire se faufile un jour, il n’ira pas très loin parce que ça ne va pas très vite un ver.

Est-ce que ça attire d’autres insectes?

Techniquement non. Par contre, si votre demeure est également celle de drosophiles, centipèdes, cloportes et autres, les choses peuvent se compliquer légèrement. Vérifier souvent son bac et garder toujours un peu de terre sur le dessus de la litière est habituellement suffisant pour éviter d’attirer les insectes.

J’ai nourri mes vers pendant quelques mois. Comment vais-je chercher mon compost maintenant?

Bon alors tout le monde a sa technique, et plusieurs se donnent beaucoup de mal pour que l’expérience ne soit pas trop traumatisante pour les vers. Personnellement, je sors mon bac au soleil et ouvre le couvercle une heure. Les vers fuient la lumière et descendent au fond du bac. Je peux ensuite ramasser le dessus sans problème et sans ramasser de vers.

 Voilà! Bon vermicompostage tout le monde 🙂


Jardinage zéro déchet

Sortir les poubelles

Lorsqu’on essaie de vivre une vie zéro déchet, il faut s’attendre à devoir faire preuve de créativité au quotidien. Par exemple, il faut être créatif lorsqu’on a oublié d’amener ses sacs réutilisables à l’épicerie et qu’on refuse catégoriquement d’utiliser les petits sacs en plastique. Il faut également être créatif lorsqu’on organise des événements, lorsqu’on magasine, lorsqu’on donne des cadeaux ou lorsqu’on fait le ménage.

Dernièrement, j’ai fait bon usage de ma créativité et j’ai eu l’idée de réutiliser de vieux emballages de nourriture pour partir mes semis et mon petit jardin de balcon.

Sortir les poubelles

C’est à force d’accumuler malgré mes efforts des contenants de plastique numéro 6 chez moi que l’idée de les réutiliser ainsi m’est venue. J’ai perforé des barquettes de champignons, des contenants de petits yogourts, des contenants de chips d’algues et les contenants à l’intérieur des boîtes de biscuits afin que l’eau puisse s’écouler. Ensuite, j’ai rempli ces pots avec la terre provenant de mon compost et y ai planté mes graines. Comme arrosoir, j’ai trouvé le contenant parfait dans le recyclage chez mes parents. C’est une cruche de jus Tropicana en plastique, facile à manier grâce à sa poignée, avec un bouchon que j’ai perforé à plusieurs endroits.

Lorsque mes pousses se sont mises à grandir, j’ai commencé à chercher quelque chose pour les soutenir. Bien sûr, j’aurais pu mettre un bâton, mais j’étais déjà partie sur mon thème de réutilisation de déchets. J’ai donc pensé, une soirée avant la collecte des ordures, à aller jeter un coup d’œil aux bennes de déchets d’un immeuble en construction près de chez moi. J’y ai trouvé des languettes de bois que j’ai taillées plus minces et ainsi rescapées des poubelles. Lorsque je n’en aurai plus besoin, je pourrai les composter, ainsi que les petites ficelles en jute que j’utilise pour attacher mes plants.

Sortir les poubelles

Finalement, lorsque mes plants seront en terre, j’utiliserai mes vieilles brosses à dents en bambou pour identifier mes rangées. Je vais retirer les poils en plastique, écrire le nom de mes plants sur le manche et enfoncer les brosses à dents têtes premières dans le sol. Partir mon jardin cette année m’aura coûté un gros 8$, soit le coût des graines.

J’espère vous avoir inspiré avec ce petit billet à voir le potentiel de réutilisation des objets et des contenants qu’on utilise au quotidien. Il y a tellement de choses autour de nous qui peuvent resservir avec un peu d’imagination, suffit que de penser!

Bon bricolage tout le monde!


Composter – Partie 1

Sortir les poubelles

C’est ici et aujourd’hui qu’on démystifie le compostage! Vous avez été nombreux à me faire parvenir vos questions à ce sujet, et maintenant que j’ai finalement fini ma session d’école (alléluia!), j’ai tout le loisir de vous répondre.

Tout d’abord, composter consiste à rassembler en un tas divers résidus de cuisine et divers résidus de jardinage afin qu’avec le temps ils puissent se décomposer. Le résultat, soit le compost lui-même, ressemble à de la belle terre brun foncé. Cela étant dit, le compost n’est pas qu’un ramassis de vieux restes de table. C’est un écosystème en soi, rempli de petits insectes, de champignons, de bactéries et de micro-organismes qu’on appelle communément les décomposeurs. Toutes ces petites bestioles travaillent d’arrache-pied afin de briser les fibres et transformer les résidus organiques. Pour travailler, il leur faut de l’oxygène, donc un bon niveau d’aération, ainsi qu’un bon taux d’humidité ambiant.

Sortir les poubelles

Pourquoi est-ce une bonne idée de composter? Tout d’abord, parce que les matières organiques constituent plus de 40% du contenu de nos poubelles. C’est environ 675 kg (1488 livres) de matières organiques par famille de quatre personnes chaque année. Au Québec, environ 1,2 million de tonnes de matières organiques sont jetées à la poubelle chaque année. C’est vraiment énorme. Toutes ces ressources sont ainsi perdues, alors qu’il aurait été vraiment facile de les revaloriser au moyen du compostage.

Avant, je ne voyais pas vraiment l’intérêt de composter, parce que j’assumais qu’en jetant mes restants de table à la poubelle, ils seraient acheminés avec le reste de mes déchets vers les sites d’enfouissement où ils pourraient se décomposer. Dans les faits, ce n’est pas ce qui arrive. Les résidus organiques ne se décomposent presque pas dans nos sites d’enfouissement, car le phénomène de la décomposition par les micro-organismes nécessite de l’oxygène. Enseveli sous une montagne de déchets, suffoqué par tous les morceaux de plastique qui l’entourent, votre reste de salade risque de rester intact très longtemps. Je suis d’ailleurs en train de lire un livre fascinant sur l’histoire des poubelles (oui j’en suis rendue là), où on raconte comment des anthropologues américains ont été capables d’identifier très clairement dans des dépotoirs du poulet et du guacamole datant de près de 25 ans. Je vous en reparlerai.

Une autre bonne raison de composter est que l’on peut par la suite substituer le compost aux engrais chimiques des magasins. Le compost est riche en azote et minéraux qui contribuent à la fertilité du sol et à la santé des plantes. C’est donc non seulement écologique, mais également économique. Aimez-vous autant que moi lorsque ces deux considérations vont dans le même sens?

Sortir les poubelles

Bon maintenant comment composte-t-on? Il existe différentes techniques. Pour faire du compost qu’on pourra étendre dans son jardin, ça prend entre 6 mois et trois ans. Si on n’est pas pressé, on peut littéralement juste empiler pêle-mêle les matières organiques dans un contenant à l’extérieur dans le jardin. Il faut par contre que le dessous du bac soit directement en contact avec le sol pour que les décomposeurs présents dans le sol puissent s’y infiltrer. On le place idéalement dans un endroit ombragé ou semi ombragé pour que la température à l’intérieur n’atteigne pas des sommets record, et on brasse de temps en temps pour faire circuler l’air. Les résidus renflouent très rapidement, donc on peut en mettre et en remettre souvent avant de remplir un bac. Si on vise plutôt à avoir du compost en douze mois, ça prend légèrement plus de travail et d’entretien. Idéalement, le compost doit être brassé aux deux semaines et on doit s’assurer qu’il a un bon taux d’humidité. Pour vérifier le taux d’humidité du compost, il suffit d’en prendre une poignée dans sa main. On veut pouvoir former une boule. Si le contenu de notre main s’effrite, il est trop sec. On peut alors l’arroser légèrement ou y incorporer des matières riches en eau comme des restes de fruits ou de légumes. S’il coule ou est boueux, il est trop mouillé. On peut alors y incorporer des résidus dits « secs », comme des feuilles mortes. Pour un compost prêt en douze mois, il faut essayer d’y mettre autant de résidus de table (riches en azote) que de résidus de jardinage (riches en carbone). Encore là, ce n’est pas absolument nécessaire, mais cela accélèrera la décomposition.

Toujours des questions concernant le compostage? Je vous invite à consulter l’excellente publication suivante de Recyc-Québec (ici). Vous y trouverez entre autres des explications sur des techniques de compostage plus avancées et une liste de ce qu’on peut mettre dans son compost, ce qu’on ne peut pas mettre dans son compost et ce qui doit y être mis avec parcimonie.

Sortir les poubelles

Oui, mais moi je n’ai pas de jardin…

Pas de jardin? Pas de problème! Dans plusieurs municipalités du Québec, des collectes hebdomadaires de matières organiques ont lieu. Dans d’autres, des bennes de compost sont mises à la disposition des citoyens pour qu’ils puissent y déposer leurs résidus. Plusieurs de ces projets sont tout récents et la collecte des résidus organiques est en général au stade embryonnaire au Québec. Mais la motivation est là! D’ailleurs, la Ville de Montréal a récemment annoncé son intention d’offrir un service de collecte de matières organiques pour tous d’ici 2019. Une bonne nouvelle!

D’ici là, je sais qu’à Montréal l’entreprise Compost Montréal offre un service de collecte hebdomadaire de matières organiques. Au coût de 7.50$ par semaine, cette entreprise vous fournira tout ce qu’il vous faut pour ramasser vos résidus de table, viendra les chercher chez vous, les compostera et vous redonnera même un peu de compost fini une fois par année au printemps. Génial non? Si vous connaissez d’autres entreprises ailleurs au Québec qui offrent ce genre de services, n’hésitez pas à le partager avec moi dans les commentaires.

On m’a aussi indiquée qu’il était possible dans plusieurs endroits du Québec d’aller porter son compost dans des sites de compostage communautaire. L’organisme Action RE-buts a d’ailleurs mis sur pied une carte interactive permettant de localiser le site de compostage communautaire le plus près de chez vous. Je vous invite à consulter le lien suivant.

Une dernière option lorsqu’on n’a pas de jardin, c’est le vermicompostage. Mais cet article est déjà bien long… On en reparle bientôt?

Bonne journée 🙂