Sortir les poubelles

Compost et vermicompostage

Sortir les poubelles

J’ai des vers chez moi. En fait, j’ai probablement des centaines de vers dans mon appartement. Mais rassurez-vous, ils ne grouillent pas sur le sol. Ils sont au contraire tranquilles, confortablement installés dans leur vermicompostière et occupés à transformer mes restes de table en compost.

Bon, je sens que c’est là où je vais peut-être en perdre certains. J’avoue qu’il serait tentant de me catégoriser comme une environnementaliste vraiment trop intense et déconnectée. Mais ne soyez pas trop rapides; je vous assure que je suis complètement normale et que j’ai moi aussi froncé les sourcils la première fois que j’ai entendu parler d’avoir un bac de vers dans sa maison. Laissez-moi la chance de vous montrer que je suis essentiellement une personne qui veut composter, mais qui n’a pas de cour arrière.

Sortir les poubelles

Pour commencer, mes petits vers sont des vers rouges (nom latin Eisenia foetida), aussi appelés vers à fumier. C’est une sorte de vers particulière; pas les vers de terre typiques des jardins ou des trottoirs les jours de pluie. Gardés dans un contenant fermé conçu pour eux, les vers rouges mangent et transforment les restes de table et autres matières compostables en un super compost. Chaque petit ver peut manger l’équivalent de la moitié de son poids par jour de matière! C’est donc dire, par exemple, qu’un kilo de vers peut transformer 500 g de résidus par jour. Ajoutez à cela qu’ils se reproduisent rapidement, vous pouvez vous retrouver très rapidement avec une vraie usine à compost!

Donc par où on commence si on veut vermicomposter? Première étape, on doit se bâtir une vermicompostière. Je sais qu’elles se vendent, mais les modèles que vous pourrez fabriquer vous-mêmes sont tout aussi bons et suffisent pour quelques individus ou une famille. On doit se procurer tout d’abord un gros contenant opaque avec couvercle. Le mien est un « Rubbermaid ». Ensuite, il faut percer des petits trous partout, soit dans le couvercle et les côtés pour l’aération et dans le fond pour le drainage. Un vermicompost peut produire un peu de liquide, d’où l’intérêt des trous de drainage dans le fond et de se procurer également un plateau pour recueillir les liquides sous le bac. Personnellement, j’ai recouvert mes trous du fond de morceaux de moustiquaires collés pour éviter que les vers puissent par mégarde se faufiler à l’extérieur. Une autre alternative qui marche très bien aussi est de faire de tout petits trous avec la perceuse et d’en faire beaucoup, ainsi les liquides peuvent sortir, mais pas les vers. Bon puisqu’on en parle disons le tout de suite : les vers ne sortent pas du bac. S’ils sont bien, ils n’ont aucun intérêt à sortir et ne le font pas. Par contre, s’ils commencent à monter sur les parois ou sur le couvercle, c’est assurément parce qu’il y a un problème dans leur environnement. Il faudra alors investiguer.

Sortir les poubelles

Sortir les poubelles

Pour débuter votre vermicompost, il vous faudra bien sûr des vers. Certains commerces et certains particuliers en vendent sur Internet, sur Kijiji par exemple, et la plupart des écoquartiers en offrent, il suffit d’appeler pour se renseigner.

Ainsi donc, quelques fois par semaine je dépose dans mon bac le même genre de résidus que je pourrais déposer dans un compost conventionnel, au grand plaisir de mes petits colocs. J’évite par contre les agrumes, l’ail et les oignons, qu’ils n’aiment pas. J’évite également la viande, les produits laitiers, les corps gras et tout ce qui est dur ou qui se décompose difficilement comme les noyaux de fruits et les pelures particulièrement épaisses. Je brasse le tout et vérifie qu’il n’y a pas d’accumulation d’eau sur les parois et le couvercle. Entretenir une vermicompostière revient à peu près uniquement à regarder le niveau d’humidité et à regarder de temps en temps pour s’assurer que tout le monde est heureux là-dedans. Il faut faire attention de ne pas suralimenter les vers, sinon les aliments pourriront avant d’être transformés et cela pourrait occasionner des odeurs. On attend donc qu’ils aient presque tout mangé avant de leur redonner de la nourriture. Apparemment, il ne faut pas non plus les déranger trop souvent, parce qu’ils aiment leur intimité et être dérangés les stresse. Mais bon on se comprend; ce sont des vers. Finalement, de temps en temps on peut ajouter un peu de terre pour procurer aux vers un bel environnement de travail et empêcher la prolifération d’insectes indésirables.

Sortir les poubelles

En terminant, voici quelques questions (et leurs réponses) qui reviennent souvent par rapport au vermicompostage.

Pourquoi devrais-je vermicomposter?

Les vers rouges décomposent vite les matières organiques, si bien qu’on se retrouve rapidement avec du compost de très bonne qualité. Vermicomposter est aussi une bonne idée si on manque d’espace pour composter. Finalement, vous devriez vermicomposter parce qu’on se sent comme un dieu qui crée la vie quand on met une pelure de banane une semaine, et que la semaine d’après elle est devenue de la terre.

Où devrais-je mettre ma vermicompostière?

Idéalement dans la cuisine, sous l’évier, dans une armoire ou sous un comptoir.

Est-ce que ça pue?

Non, ça sent la terre. Par contre, si votre vermicompost dégage des odeurs, cela peut indiquer qu’il est trop humide ou encore qu’il y a trop de nourriture non décomposée en train de pourrir à l’intérieur.

Est-ce que les vers peuvent s’enfuir et envahir ma maison?

Comme j’ai mentionné plus haut, s’ils sont bien dans leur bac, ils n’ont aucun intérêt à sortir et ne sortiront pas. D’ailleurs, même si un téméraire se faufile un jour, il n’ira pas très loin parce que ça ne va pas très vite un ver.

Est-ce que ça attire d’autres insectes?

Techniquement non. Par contre, si votre demeure est également celle de drosophiles, centipèdes, cloportes et autres, les choses peuvent se compliquer légèrement. Vérifier souvent son bac et garder toujours un peu de terre sur le dessus de la litière est habituellement suffisant pour éviter d’attirer les insectes.

J’ai nourri mes vers pendant quelques mois. Comment vais-je chercher mon compost maintenant?

Bon alors tout le monde a sa technique, et plusieurs se donnent beaucoup de mal pour que l’expérience ne soit pas trop traumatisante pour les vers. Personnellement, je sors mon bac au soleil et ouvre le couvercle une heure. Les vers fuient la lumière et descendent au fond du bac. Je peux ensuite ramasser le dessus sans problème et sans ramasser de vers.

 Voilà! Bon vermicompostage tout le monde 🙂


Jardinage zéro déchet

Sortir les poubelles

Lorsqu’on essaie de vivre une vie zéro déchet, il faut s’attendre à devoir faire preuve de créativité au quotidien. Par exemple, il faut être créatif lorsqu’on a oublié d’amener ses sacs réutilisables à l’épicerie et qu’on refuse catégoriquement d’utiliser les petits sacs en plastique. Il faut également être créatif lorsqu’on organise des événements, lorsqu’on magasine, lorsqu’on donne des cadeaux ou lorsqu’on fait le ménage.

Dernièrement, j’ai fait bon usage de ma créativité et j’ai eu l’idée de réutiliser de vieux emballages de nourriture pour partir mes semis et mon petit jardin de balcon.

Sortir les poubelles

C’est à force d’accumuler malgré mes efforts des contenants de plastique numéro 6 chez moi que l’idée de les réutiliser ainsi m’est venue. J’ai perforé des barquettes de champignons, des contenants de petits yogourts, des contenants de chips d’algues et les contenants à l’intérieur des boîtes de biscuits afin que l’eau puisse s’écouler. Ensuite, j’ai rempli ces pots avec la terre provenant de mon compost et y ai planté mes graines. Comme arrosoir, j’ai trouvé le contenant parfait dans le recyclage chez mes parents. C’est une cruche de jus Tropicana en plastique, facile à manier grâce à sa poignée, avec un bouchon que j’ai perforé à plusieurs endroits.

Lorsque mes pousses se sont mises à grandir, j’ai commencé à chercher quelque chose pour les soutenir. Bien sûr, j’aurais pu mettre un bâton, mais j’étais déjà partie sur mon thème de réutilisation de déchets. J’ai donc pensé, une soirée avant la collecte des ordures, à aller jeter un coup d’œil aux bennes de déchets d’un immeuble en construction près de chez moi. J’y ai trouvé des languettes de bois que j’ai taillées plus minces et ainsi rescapées des poubelles. Lorsque je n’en aurai plus besoin, je pourrai les composter, ainsi que les petites ficelles en jute que j’utilise pour attacher mes plants.

Sortir les poubelles

Finalement, lorsque mes plants seront en terre, j’utiliserai mes vieilles brosses à dents en bambou pour identifier mes rangées. Je vais retirer les poils en plastique, écrire le nom de mes plants sur le manche et enfoncer les brosses à dents têtes premières dans le sol. Partir mon jardin cette année m’aura coûté un gros 8$, soit le coût des graines.

J’espère vous avoir inspiré avec ce petit billet à voir le potentiel de réutilisation des objets et des contenants qu’on utilise au quotidien. Il y a tellement de choses autour de nous qui peuvent resservir avec un peu d’imagination, suffit que de penser!

Bon bricolage tout le monde!